Rechercher
  • jean-michel

😃Avis de Beau Temps : Bouquetin des Pyrénées

Les bonnes nouvelles sont rares en ce moment alors ne gâchons pas notre plaisir.

Citons l’AFP :

AFP, publié le jeudi 03 septembre 2020 à 09h17

Avec une nouvelle génération de 70 cabris recensés en 2020, le bouquetin signe son grand retour dans les Pyrénées françaises, dont il avait disparu il y plus d'un siècle, le couronnement d'un projet franco-espagnol au long cours.

Les jeunes spécimens ont été dénombrés pour 41 d'entre eux dans le Parc National des Pyrénées (PNP), à cheval sur les Hautes-Pyrénées et les Pyrénées-Atlantiques, et pour les autres dans le Parc régional des Pyrénées ariégeoises.

C'est dans ces deux sites que des bouquetins, cousins de la sous-espèce disparue, ont été réintroduits ces dernières années, portant la population côté français à quelque 400 individus.

…………………….

En 1910, deux grands bouquetins étaient abattus dans les Hautes-Pyrénées, sonnant la disparition des Capra Pyrenaica pyrenaica du versant français.

Lorsque la dernière femelle est retrouvée morte côté espagnol, le 6 janvier 2000, cette sous-espèce du bouquetin ibérique s'est officiellement éteinte.

Mais l'Espagne compte toujours des spécimens cousins, des Capra pyrenaica victoriae. De quoi nourrir l'idée d'une réintroduction dans les Pyrénées françaises, en germe depuis les années 80. Il faudra toutefois attendre 2014 pour les premiers lâchers.

"Jusqu'en 2012, l'Espagne refusait de livrer des bouquetins", explique Jean-Paul Crampe, membre du comité scientifique du PNP.

Pour surmonter les réticences espagnoles, la France s'engage à ne pas chasser le bouquetin, et "inscrit le bouquetin ibérique dans la liste des espèces protégées", ajoute M. Crampe. Au final, l'Espagne donne son feu vert, "et depuis tout s'est enchaîné très rapidement".

Cette réussite sur le front de la biodiversité se veut aussi un moteur touristique. "Pour nous c'était vraiment l'une des composantes du projet", avec "des formations sur le bouquetin pour les professionnels du tourisme" relève Matthieu Cruège.

"Et ça marche, il y a une bonne réponse du public. Ce sont de animaux majestueux et c'est une vraie émotion de les observer. Le bouquetin apporte à l'économie touristique de la montagne". Fin article AFP


A bon, la faune sauvage peut-être un argument touristique? Mais pourquoi tant de destructions des ours et des loups ?

Pour attire run vrai tourisme de nature respectueux de la faune sauvage, il faut rétablir l’ensemble de la chaine alimentaire et laisser la nature évoluer librement. Les grands équilibres écologiques vont se rétablir miraculeusement. Ce n’est qu’une question d’Espace à disposition...

4 vues

Posts récents

Voir tout